Défi : un an de musculation avec un régime vegan

Je m’appelle Jérémy Pigeon, j’ai 27 ans, je pèse 75kg et je suis coach sportif, spécialisé en musculation. C’est difficile de parler de performances car je ne m’entraîne pas dans une branche spécifique de la musculation, je cherche une approche plus globale du développement physique. De plus, elles sont en constante évolution depuis que j’ai commencé mon défi « 1 an de musculation avec un régime vegan » ! Ce défi consiste à tenter d’augmenter mes performances physiques et ma masse musculaire durant un an, tout en adoptant une alimentation vegan. Alors attention, je le précise car le titre est parfois mal interprété, il ne s’agit pas de revenir à une alimentation omnivore ou végétarienne au bout d’un an, il s’agit simplement du nom donné à cette aventure. Je désirais passer à une alimentation végétale et je me suis dit pourquoi pas en profiter pour regarder les effets de ce changement de mode alimentaire sur moi, vis-à-vis de la musculation ! Cela peut être intéressant pour les personnes qui restent bloquées par les clichés entourant la musculation et l’alimentation végétarienne / vegan. J’ai donc réalisé au départ une série de tests physiques, des photos et une pesée puis je me suis fixé des objectifs à atteindre dans un an. Je refais ces tests et photos tous les deux mois et j’analyse les changements que je peux observer.

Qu’est-ce qui a provoqué votre transition alimentaire ?

Cette transition a été assez longue. A la base, ma copine est devenue végétarienne et je me suis mis à m’intéresser à l’éthique animale. J’ai lu quelques livres qui m’ont permis de percevoir le monde différemment. Je ne dirai pas que c’était un changement, je dirais plutôt que j’ai pu découvrir qui j’étais réellement au fond. Je pense que l’on a tous une sensibilité plus ou moins grande en lien avec le monde animal, mais que la société nous conditionne à ne pas trop la découvrir pour ne pas changer nos modes alimentaires et bousculer le système économique, mais ça reste mon avis. Je suis passé par plusieurs phases : je me suis déjà mis à réduire ma consommation de viande, puis à la stopper complètement pour enfin arrêter de manger du poisson tout en commençant mon défi. Au début de mon défi, j’étais donc végétarien, il y a 6 mois maintenant. Mais au bout d’un mois, j’ai regardé une vidéo qui m’a déboussolé, traitant du procédé utilisé pour se débarrasser des fœtus de veaux dans les abattoirs. Cela m’a complètement remis en question, j’ai immédiatement voulu arrêté toute consommation de produits d’origine animale et j’ai commandé de la vitamine B12 10min après avoir visionné la vidéo. Cette vidéo m’a permis de sortir de ma zone de confort en tant que végétarien. Mon défi « 1 an de musculation avec un régime végétarien » est donc devenu «  11 mois de musculation avec un régime vegan », mais pour faire simple, je l’ai renommé «  1 an de musculation avec un régime vegan ».

Etes-vous un culturiste ?

Je ne me considère pas comme culturiste (rires) ! Le culturisme vise un développement esthétique, mais ce n’est pas ce que je recherche. Je cherche un développement plus complet, avec un maximum de mobilité, afin d’interagir le plus possible avec mon environnement dans tous les domaines (masse musculaire bien sûr mais aussi force, endurance, cardio, souplesse…).

Pouvez-vous nous détailler une semaine d’entraînement ?

Mes semaines sont assez différentes, car je veux tester beaucoup de choses durant cette année de défi musculation – véganisme. En clair, comme je reprends mes performances tous les deux mois, je fais en sorte d’avoir un programme qui dure plus ou moins deux mois. Cela me permet de focaliser l’essentiel de mes séances sur une qualité physique pendant deux mois, tout en travaillant les autres qualités plus modérément. Quand je suis sur une qualité physique qui taxe trop le système nerveux (comme la force par exemple), je sectionne le programme de deux mois, avec un mois de force et un deuxième mois ou l’intensité est plus faible. Mais quel que soit le programme mis en place, je garde toujours les exercices de base sur lesquels je me suis fixé des objectifs et que je vais travailler chaque semaine comme le squat, le développé couché, les tractions, le cardio. La plupart du temps, je fonctionne en PPL (Push Pull Legs), c’est-à-dire une séance consacrée aux mouvements de poussée (développé couché par exemple), une séance consacrée aux mouvements de tirage (tractions, soulevé de terre…) et une séance consacrée aux jambes (back squat, front squat, fentes…). Si je suis en force, je me contente de ces 3 séances mais si je suis sur de l’hypertrophie (prise de masse musculaire) avec des charges moins lourdes, je fais deux PPL par semaine, avec toujours une base cardio à côté. Mais il m’arrive de casser complètement ce rythme ; par exemple j’ai fait un mois entier d’entraînement type Crossfit le mois dernier !

Les protéines un mythe ?

Bien sûr. Un mythe entretenu par des lobbys au pouvoir de persuasion démesuré. Je pense que nous vivons dans une époque où il faut apprendre à aller chercher soi-même l’information, et ne pas se fier à la pensée unique.

Quels sont les objectifs de votre chaîne YouTube et de votre blog ?

Les objectifs de ma chaîne Youtube et de mon blog sont différents mais complémentaires. Avec le blog, je vise une approche plus poussée de l’entraînement et de la nutrition, sans toutefois trop entrer dans les détails (j’essaie de vulgariser un maximum). Tandis que la chaîne Youtube permet de démontrer de manière visuelle la réalisation des exercices ou de transmettre des informations sur la nutrition ou le lifestyle de manière plus légère. Mais que ce soit sur le blog ou la chaîne Youtube, je fais en sorte de ne jamais me poser en donneur de leçon. Chacun est libre de faire ses choix alimentaires et son mode de vie, je montre simplement ce qu’il est possible de faire, sans forcer quiconque. Par la suite, j’aimerais vraiment m’investir dans des vidéos plus qualitatives, car je me rends compte que j’adore créer et partager du contenu, transmettre un message avec de temps en temps de l’émotion. Quand on aime ce que l’on fait, le message passe beaucoup mieux.

Pouvez-vous nous décrire votre petit-déjeuner vegan ?

Je suis toujours à la recherche du petit déjeuner parfait ! Pour le moment, il s’agit d’un shaker de protéines végétales en poudre mélangé à du lait de soja enrichi en calcium et du cacao Van Houten, 1 banane, 2 morceaux de pain (complet si possible) avec du beurre de cacahuète, 1 poignée d’oléagineux (noix de cajou ou amandes), et 1 bol de soupe miso. J’aimerai faire des pancakes vegan mais je suis tellement fainéant, je pense que ça resterait très occasionnel (rires) !

Les animaux êtres sensibles mais encore ?

C’est un sujet que j’aborde très peu sur mon blog et ma chaîne Youtube car je préfère rester dans une dimension sportive, mais je me pose constamment des questions sur le monde animal. Cela m’aide profondément à prendre du recul sur l’être humain, à ouvrir mon attention sur l’ensemble des formes de vie. L’alimentation végétale m’a permis d’acquérir en quelques mois un respect et une sensibilité envers les animaux que je n’avais jamais ressenti depuis ma naissance. Nous avons encore tellement de choses à apprendre sur les animaux, nous ne connaissons rien. Le problème, selon moi, c’est que la société ne veut pas vraiment essayer de comprendre l’animal, car si l’être humain se rend compte de l’intelligence et de la sensibilité éprouvée par les animaux, le système économique de l’industrie agroalimentaire s’effondrerait sous le poids de la culpabilité humaine. Comment pourrions-nous continuer à manger nos frères ?

Gilles Lartigot, vous a t’il donné des conseils d’entraînement ou de nutrition ?

Oui bien sûr, j’ai appris énormément de cette rencontre. Même si Gilles Lartigot n’est pas vegan, je pars du principe ou chacun peut nous apprendre quelque chose, chacun à son histoire, son vécu et son expérience. Gilles Lartigot est quelqu’un de passionné par le rapport émotionnel et affectif que l’on peut entretenir avec les êtres humains et les animaux, et ça se ressent à travers le quotidien qu’il partage dans son livre Eat, dans ses conférences ou sur les réseaux sociaux. Il ne se pose pas en tant que gourou vis-à-vis de ses idées, et j’aime énormément cette approche. Il invite les gens à réfléchir à leur mode de vie sans leur imposer le sien avec force. J’ai appris de cette rencontre l’importance du partage, de la patience et de la passion, que ce soit dans l’entraînement ou dans l’assiette. Il faut toujours mettre du cœur à l’ouvrage.

Votre prochain défi ?

Houlà ! J’ai à peine fait la moitié du premier, je vais attendre un peu (rires) ! J’ai une idée qui me trotte dans la tête, mais je ne sais pas si je vais la réaliser. Il s’agirait de vivre 1 mois dans la nature en autonomie totale, et de retracer cette expérience sur Youtube dans plusieurs épisodes. Le but ne serait pas de repartir à l’âge de pierre mais de vivre une expérience personnelle, en prenant du recul sur la société pour aller explorer la nature, en m’entraînant avec les moyens du bord, en contemplant le monde animal et en apprenant à organiser mon quotidien (en mangeant vegan bien évidemment). Je pourrais également faire complètement l’inverse et rester 1 mois sans sortir de chez moi, pour analyser les impacts physiques et psychologiques (on sait prouver maintenant scientifiquement les besoins physiologiques de la nature), tout en continuant à faire de la musculation, etc, mais sans jamais sortir. Peut-être que de vivre les deux extrêmes pourrait me permettre de trouver mon juste milieu. Mais vivre 1 mois dans la nature est un projet qui se prépare sur beaucoup de temps, je vais voir comment celui-ci mûrit !

Le mot de la fin ?

Vis-à-vis des potentiels lecteurs un peu sceptiques, je leur dirais peut-être : fais ta propre expérience, tu ne sauras jamais si quelque chose n’est pas fait pour toi tant que tu ne l’auras pas essayé.

Le site de Jérémy Pigeon : http://treeninglife.fr/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s