LE MUR DU MARATHON : NATHALIE BERT

16735016_10208514509241522_129168829_oLors de ce marathon, j’avais comme objectif un temps de 4h00 – 4h15. C’était mon tout premier marathon donc je me suis lancée vers l’inconnu. Comme pour arroser l’événement, il pleuvait et il faisait très froid pour la saison. (Mois d’Avril).Jusqu’au 25 ème km tout allait bien et j’étais dans mes temps de passage. C’est aux alentours du 26 ème km que j’ai commencé a sentir une douleur sur le côté extérieur du genou droit. Malgré la douleur qui se faisait de plus en plus intense, j’ai malgré cela continué l’épreuve. Arrivée au 30 ème km,  j’ai ressenti comme un grand coup de poignard au niveau de la dite douleur. Suite a celle-ci j’ai hurlé de douleur et c’est  à ce moment précis que  je me suis mise a penser à toute la préparation effectuée pour être présente sur l’épreuve. J’ai également penser à mes enfants et mon mari et les larmes me sont montées. Plus les kilomètres défilent, plus mon rythme était défaillant à cause de cette terrible douleur. Bien sûr l’objectif avait totalement changé. FINIR LE MARATHON COUTE QUE COUTE. Les gens autour de moi marchaient, s’arrêtaient sur le côté, étaient dans un sale état. Moi je restais concentrée sur ma course tout en boitant de plus en plus. Ma fierté et mon amour propre m’ont interdit de baisser les bras et de faire comme les autres concurrent. Etant hôtesse de caisse je ne voulais pas décevoir les clients et ma famille d’un éventuel échec. Le dernier kilomètre a été pour moi le plus long de la course. J’avais l’impression que la ligne d’arrivée avançait en même temps que moi. Mon genou me donnait l’impression qu’il avait doublé de volume. Lors des 150 derniers mètres je me suis mise à pleurer de joie, de douleurs. La fierté d’avoir fini non pas mon calvaire mais mon tout premier marathon. Quelques temps après j’ai vu un médecin qui m’a dit que c’était la maladie du marathonien à savoir le mur du marathon. J’ai du m’arrêter quelques temps pour me soigner. Après de longs mois de repos forcé j’ai pu reprendre ma passion première et j’en ai même profité pour embarquer mon mari qui fait comme moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s